Retour à l'accueil du site  
 
AFFAIRES INTERNATIONALES : ACTUALITES

Implantation des cabinets d’avocat à l'international : le Prêt 'Avocat Export'


Le prêt « avocat export » a pour objet de permettre aux avocats et aux cabinets français d’être bien positionnés sur le marché international et sur les marchés étrangers des services juridiques.


Lancement du prêt


Deux leviers permettent d’y parvenir : le financement, qui doit permettre aux cabinets d’accéder à des prêts à long terme à des conditions financières privilégiées, et la fiscalité, qui fera l’objet d’un rapport ultérieur.

La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a proposé de prendre en charge la totalité de l’ingénierie financière et du financement.

L’article de Marc Jobert, vice-président de la Commission des affaires européennes et internationales, présente ce prêt récemment mis en place

200.000 euros pour une gazelle : le prêt avocat export est arrivé (Avocat et Droit n°22, Septembre Octobre Novembre 2007)

Les étapes du projet : Point d'information présenté en AG des 25 et 26 mai 2007


Marc JOBERT, vice-président de la Commission des affaires européennes et internationales, a présenté à l’Assemblée générale des 25 et 26 mai 2007 un point d’information sur le projet, en cours d’élaboration, de prêt « avocat export » qui a pour objet de permettre aux cabinets d’avocats français d’être bien positionnés sur le marché international et sur les marchés étrangers des services juridiques.

Deux leviers peuvent être utilisés : le financement, qui doit permettre aux cabinets d’accéder à des prêts à long terme à des conditions financières privilégiées, et la fiscalité qui fera l’objet d’un rapport ultérieur.

La Caisse des Dépôts a proposé de prendre en charge la totalité de l’ingénierie financière et du financement de ce prêt.

Le projet s’articule selon les lignes suivantes, qui doivent être finalisées et confirmées dans les semaines à venir. Sa conclusion fera l’objet d’une communication prochaine auprès de la profession.

1) Les grandes lignes du projet

Après une période d’expérimentation jusqu’à la fin de l’année 2007, un programme d’intérêt général pourra être engagé par la Caisse des Dépôts portant sur 10 millions d’Euros sur cinq ans, soit un programme de l’ordre de 10 prêts par an de 200.000 €.

Les prêts seraient accordés à des cabinets d’avocats français pour :

• financer l’implantation du cabinet à l’étranger,
• développer une implantation existante,
• créer une ou plusieurs extensions dans le pays d’accueil ou dans les pays voisins.

Les modalités de ce prêt seraient ainsi définies :

• Pas de garantie autre que la caution personnelle des emprunteurs à hauteur de 75% du montant emprunté, pour une longue durée (de l’ordre de 10 ans).
• Un taux d’intérêt privilégié de l’ordre de 3,5 %.
• Une assurance COFACE qui viendrait sécuriser l’emprunteur contre un échec du projet.
• Un montant maximum du prêt de 200.000 euros.
• Un différé de remboursement de deux ans.

2) La procédure de prêt

Le Conseil National créera en son sein un comité de présélection renforcé, le cas échéant, par des experts extérieurs. La COFACE pourra être consultée à ce stade, ce qui lui permettra d’émettre un avis préalable.

Ce comité aura pour tâche d’évaluer le sérieux du projet et la motivation des candidats au financement. Il vérifiera si le dossier de demande de prêt remplit les critères objectifs de sélection.

Le dossier devra comprendre une présentation du cabinet et la motivation du développement à l’étranger, une étude de marché, un business plan et un budget détaillé. Il comportera également les éléments financiers habituels nécessaires à l’appréciation de la solidité financière du cabinet, à savoir les deux dernières déclarations fiscales et le prévisionnel.

Le comité pourra conduire les candidats à affiner leurs projets en leur suggérant d’approfondir certains points ou de nouer des contacts susceptibles de les informer ou de les aider.

La Caisse des Dépôts, saisie d’un dossier finalisé, procédera ensuite à son analyse financière et décidera d’accorder ou de refuser le prêt.

Parallèlement, le dossier sera également transmis à la COFACE pour décision sur la demande d’assurance prospection.


3) Les caractéristiques du financement

La capacité financière propre du cabinet en France doit permettre de supporter sans difficultés le poids de la dette en cas d’échec total.

Le prêt d’un montant maximum de 200.000 € et d’une durée globale de 10 ans comprend une phase de préfinancement d’une durée de 12 mois maximum, puis une phase de consolidation en prêt amortissable pour la durée résiduelle avec un différé d’amortissement de 12 mois maximum. Durant la période de préfinancement, le cabinet d’avocats bénéficie d’un différé total de remboursement en intérêts et en capital.

Les associés du cabinet d’avocats sont cautions solidaires du prêt à hauteur de 75 % chacun.

Ce prêt s’articule avec l’assurance prospection proposée par la COFACE qui permet un amortissement partiel de la perte subie, en cas d’échec de l’implantation. Le cabinet peut souscrire une garantie de 1 à 4 ans. Le bénéfice de cette assurance pour la première année garantie est délégué à la Caisse des Dépôts. L’indemnité correspondante versée par la COFACE est affectée par la Caisse des Dépôts au remboursement du prêt, ce qui diminue le montant de la charge d’emprunt.

Ce prêt permet donc au cabinet d’avocats de développer une implantation à l’étranger sans utiliser ses ressources financières propres et sans perturber son cycle de trésorerie en cas d’échec, dans la mesure où les charges de fonctionnement et de prospection du premier exercice sont lissées via le dispositif « prêt-assurance prospection » sur la durée du prêt. Cette assurance couvre tous les pays étrangers, sauf embargo.

La Caisse des Dépôts ouvrira un compte spécial au cabinet d’avocats. Les tirages sont versés sur le compte jusqu’au versement de l’indemnité d’assurance prospection par la COFACE . Les tirages sont alors figés. Le cabinet d’avocats a la faculté de prolonger le différé de remboursement jusqu’au terme de la période de 24 mois.

Le cabinet d’avocats s’engage à ne pas rapatrier la trésorerie disponible les 3 premières années pour faire face aux besoins de trésorerie.

A l’issue de chaque exercice annuel, la COFACE établit un bilan de prospection prenant en compte au débit les dépenses de prospection engagées pendant l’exercice, dans la limite du budget garanti et au crédit 14 % des recettes. Lorsque le solde est débiteur, la COFACE verse une indemnité égale à 65 % de ce solde. Cette indemnité peut atteindre 80 % pour certains pays cibles.

La prime d’assurance prospection est de 3 % du budget de prospection garanti pour l’exercice considéré. Elle est perçue au début de chaque exercice.

La demande d’assurance prospection sera à retirer auprès du Conseil National des Barreaux et devra être adressée à la COFACE avec le dossier soumis au Conseil National. Il est prévu que La COFACE rencontrera le cabinet d’avocats afin de lui expliquer en détail le fonctionnement de l’assurance prospection et de compléter l’instruction du dossier.

Durant la phase expérimentale, les dossiers seront soumis à la commission de garantie. Le délai d’instruction prévu est de 2 mois. La COFACE notifie la décision sur les bases retenues au cabinet d’avocats.

Le cabinet d’avocats choisit sa période de garantie entre 1 à 4 ans. Seule l’indemnité de la première année est déléguée à la Caisse des Dépôts afin de diminuer d’autant le montant du prêt et réduire la charge des annuités. Le cabinet d’avocats rembourse à la COFACE les forfaits de recettes pour amortissement de l’assurance prospection.

Liens utiles :
• 200.000 euros pour une gazelle : le prêt avocat export est arrivé. Article de Marc Jobert publié dans la revue Avocat et Droit n°22, Septembre Octobre Novembre 2007- Voir l'article
• Exporter : pourquoi pas vous ? Article de Marc Jobert,Vice-président de la Commission des affaires européennes et internationales du Conseil National publié dans la revue Avocat et Droit n°19, Décembre Janvier Février 2007 - Voir l'article
• Rapport sur l'exportation du droit français, présenté lors de l’Assemblée générale du 17 janvier 2004 par Marc Jobert, Membre de la Commission des Affaires européennes et Internationales du Conseil National. Voir le rapport

avocat_droit_n19_articleexporter.pdf Avocat&Droit_N19_ArticleExporter.pdf  (65.53 Ko)
2004_01_17_rapport_exportationdroitfrancais_jobert.pdf 2004-01-17_Rapport_ExportationDroitFrançais_Jobert.pdf  (486.09 Ko)



Samedi 29 Septembre 2007

     


REGLEMENT INTERIEUR NATIONAL (RIN)

 

DISCOURS DU PRÉSIDENT


NOUVELLE CAMPAGNE : "JAMAIS SANS MON AVOCAT"


DOSSIERS SPECIAUX

 

DERNIERES PUBLICATIONS


GUIDE PRATIQUE SPECIALISATIONS




LES AVOCATS SUR LE NET

Facebook
Twitter
Rss

GG:Array ( [0] => 14 [1] => 0 )