Retour à l'accueil du site  
 
AFFAIRES INTERNATIONALES : ACTUALITES

Le Conseil national des barreaux a adopté à l’unanimité lors de son Assemblée générale du 1er et 2 juillet 2016, une motion condamnant l’assassinat de l’avocat Kenyan, Willie Kimani



Le Conseil national des barreaux a adopté à l’unanimité lors de son Assemblée générale du 1er et 2 juillet 2016, une motion condamnant l’assassinat de l’avocat Kenyan, Willie Kimani
Le corps du jeune avocat Kenyan Willie Kimani a été identifié le 1er juillet 2016. Il avait disparu quelques jours plus tôt, avec l’un de ses clients qu’il défendait dans une affaire de violence policière et le chauffeur du taxi dans lequel ils étaient monté après une audience au tribunal. Les trois corps ont été retrouvés dans une rivière, portant des marques de torture.

Willie Kimani, avocat et défenseur des droits de l’Homme, était notamment connu pour défendre des victimes de violences policières dans un pays où celles-ci connaissent une terrible récurrence. Il travaillait notamment avec l’ONG International Justice Mission et collaborait avec plusieurs agences dont l’Independent Policing Oversight Authority (Ipoa) chargées des investigations au sein de la police. Dans ce cadre, il était notamment chargé d’accompagner les victimes de violences policières dans l’étape du dépôt de plainte. Il avait par ailleurs défendu de nombreux prisonniers politiques victimes d'abus de l'Etat au Kenya.

La société civile kényane et les avocats kenyans, à l'appel notamment de la Commission nationale sur les droits de l'Homme et de la Law Society du Kenya, se sont largement mobilisés à la suite de ce triple assassinat qui vient s’ajouter à une longue liste de personnes abattues ou disparues alors qu’elles étaient sous le contrôle des forces de police. Les avocats kényans ont poursuivi leur mobilisation en se déclarant en grève pour une semaine.

Le Conseil national des barreaux rappelle dans sa motion que les Principes de base relatifs au rôle du barreau, adoptés par les Nations-Unis à la Havane en 1990 énoncent au principe 17 que « Lorsque la sécurité des avocats est menacée dans l'exercice de leurs fonctions, ils doivent être protégés comme il convient par les autorités ».

Le Conseil national des barreaux, par l’intermédiaire notamment de l’Observatoire international des avocats en danger dont il est membre fondateur, demeure mobilisé et vigilant sur les suites qui seront données à l’enquête relative à ce meurtre, dans le cadre de laquelle, plusieurs policiers ont d’ores et déjà été placés en détention.

Lire la motion


Mercredi 20 Juillet 2016

     


REGLEMENT INTERIEUR NATIONAL (RIN)

 

DISCOURS DU PRÉSIDENT


NOUVELLE CAMPAGNE : "JAMAIS SANS MON AVOCAT"


DOSSIERS SPECIAUX

 

DERNIERES PUBLICATIONS


GUIDE PRATIQUE SPECIALISATIONS




LES AVOCATS SUR LE NET

Facebook
Twitter
Rss

GG:Array ( [0] => 14 [1] => 0 )