Retour à l'accueil du site  
 
AFFAIRES INTERNATIONALES : ACTUALITES

Le bâtonnier Jean-Marie Burguburu élu à la présidence de l’UIA lors de son 56ème congrès à Dresde, le 1er novembre 2012



Le bâtonnier Jean-Marie Burguburu élu à la présidence de l’UIA lors de son 56ème congrès à Dresde, le 1er novembre 2012
L’Union internationale des avocats (UIA), qui rassemble plus de 2000 membres individuels et 200 barreaux, fédérations et associations répartis dans plus de 110 pays, tenait son 56ème congrès à Dresde du 31 octobre au 4 novembre 2012.

Lors de cet évènement, Jean-Marie Burguburu, alors Vice-président de la CAEI, a été élu président de l’UIA. Il restera en fonction jusqu’au congrès de Macao à l’automne 2013.

Retour sur les points forts de son discours de prise de fonction

Quarante-trois ans après Claude Lussan, Jean-Marie Burguburu est le second bâtonnier de Paris à accéder à la présidence de l’Union internationale des avocats (UIA).

Sa candidature était un « choix cohérent » pour ce polyglotte, International counsel au bureau parisien de Debevois & Plimpton LLP, qui manie aussi bien l’anglais que l’allemand ou l’espagnol.Actuellement Vice-président de la commission des affaires internationales du Conseil national et ancien membre de la délégation française du Conseil des barreaux européens (CCBE), il a pris ses fonctions lors du congrès de l’association, le 3 novembre dernier à Dresde.

« Je me suis présenté avec l’idée de faire bénéficier de mon expérience d’ancien bâtonnier du barreau de Paris, de mes relations internationales qui en découlent, et de ma connaissance de la profession et de ses problématiques » confie-t-il. Ses ambitions pour la plus ancienne association internationale d’avocats – créée il y a 85 ans – il les résume en trois points : amélioration du recrutement des membres, amélioration de fonctionnement administratif et développement du travail scientifique.

« L’UIA doit avoir une voix forte » rappelle celui qui souhaite « plus de membres, dont plus de femmes, plus de jeunes, mais aussi plus de membres collectifs, comme les barreaux » au sein de l’association qui rassemble plus de 2000 membres individuels et 200 barreaux, fédérations et associations. Une mission pour laquelle, l’ancien Bâtonnier se sent bien préparé du fait des « rapports privilégiés et de longue date » qu’il entretient avec les bâtonniers du monde entier.

Déjà présente sur les cinq continents et dans 110 pays, il envisage pour l’UIA une plus grande expansion géographique. Sa priorité : l’Asie, région qui accueillera le prochain congrès de l’UIA à l’automne 2013 à Macao.

Selon le nouveau président, le choix de porter un Français à la tête de l’UIA n’est pas un signe d’une volonté de mettre en avant le droit continental. « L’UIA oeuvre à l’harmonisation du travail et du fonctionnement des barreaux et non à l’unification du droit, même si elle défend les principes de base de la profession, comme l’indépendance, ou le secret professionnel » précise-t-il.

Pour la défense de ces principes fondamentaux, il encourage la mobilisation de nouveaux moyens de financements pour « renforcer la communication » de l’UIA. L’organisation « doit être mieux connue, pour être plus appréciée et plus active » ajoute-t-il. Des moyens qui devraient aussi servir « le combat emblématique qu’est la défense de la défense, c’est-à-dire le support apporté aux avocats menacés de poursuites dans leur pays, uniquement pour avoir défendu un client ».

C’est également au cours de son discours de prise de fonction, que le Bâtonnier a eu la lourde tâche d’annoncer la triste nouvelle de la disparition de l’ancien bâtonnier de Paris Mario Stasi. « J’ai demandé et fait observé une minute de silence pour celui qui fut un grand bâtonnier » rappelle- t-il. Avant de conclure, « je le connaissais depuis plus de trente ans et je retiens de lui quelqu’un qui malgré ses grandes responsabilités restait toujours très souriant et très joyeux. Même la maladie ne l’a pas empêché d’exercer son métier passionnément puisque quelques jours avant sa disparition, il plaidait encore ».

© CNB - Cet article est extrait du magazine du conseil national des barreaux - Paroles d'avocats n°43 - Novembre 2012

Sur le même thème :

Table ronde « Indépendance de l'avocat » : Intervention du Président Charrière-Bournazel au 56è Congres de l'UIA, Dresde, 1er nov. 2012
L’Union internationale des avocats (UIA) tenait son 56ème congrès à Dresde du 31 octobre au 4 novembre 2012. Le Président Charrière-Bournazel y est intervenu au cours d'une table ronde organisée dans le cadre des travaux du 1er novembre 2012 et consacrée à l'indépendance de l'avocat en commençant pas ces mots « Ce sujet concerne la nécessité d’appartenance à un barreau comme condition préalable à l’exercice de la profession et notre commune préoccupation : promouvoir l’indépendance de l’avocat, indissociable du secret professionnel ... » Retrouvez ici l'intégralité de son intervention ... - Actualité CNB du 10 novembre 2012


Vendredi 9 Novembre 2012

     


REGLEMENT INTERIEUR NATIONAL (RIN)

 

DISCOURS DU PRÉSIDENT


NOUVELLE CAMPAGNE : "JAMAIS SANS MON AVOCAT"


DOSSIERS SPECIAUX

 

DERNIERES PUBLICATIONS


GUIDE PRATIQUE SPECIALISATIONS




LES AVOCATS SUR LE NET

Facebook
Twitter
Rss

GG:Array ( [0] => 14 [1] => 0 )